Des potagers pour améliorer la vie quotidienne

Les femmes, elles cultivent aussi

Les villageoises portent la charge de la culture du mil, du coton, des arachides, du maïs…
Leurs travaux aux champs s’étalent de juin – l’arrivée des pluies -, à février, le mois de la récolte. Hors cette période, les femmes réalisent quelques travaux artisanaux : teintures de tissus, fabrication de savon…
Ces travaux produisent des revenus insuffisants pour vivre dignement. C’est pourquoi, des associations féminines demandent l’aide du FIR pour l’aménagement de potagers, appelés ici périmètres maraîchers. Ceux-ci donneront du travail et des produits durant la saison sèche.

Aménager un périmètre

Aménager un périmètre maraîcher, c’est
– clôturer un terrain d’un hectare de superficie,
– le nettoyer et le niveler pour assurer l’irrigation des parcelles,
– creuser des puits équipés de leur protection en surface,
– tracer les parcelles et les chemins de circulation.

Avec vos dons, le FIR intervient dans cet aménagement. L’association féminine du village veille à son exploitation et distribue les parcelles aux familles membres de l’association.
Les femmes cultivent alors tomates, haricots, salades, gombos, aubergines, concombres, oignons, choux, papayes…
Les cultures maraîchères assurent aux familles une alimentation variée. La vente des surplus couvrent des frais de la vie quotidienne au village : habillement, soins médicaux, scolarité des enfants.

Le FIR organise également la formation maraîchère des villageoises : technique de culture des fruits et légumes, lutte contre les parasites, respect de l’environnement.

Plus de 16.000 villageois bénéficiaires

En 15 ans d’intervention du FIR, 41 périmètres maraîchers ont été aménagés et mis en culture. Dans chaque périmètre, ce sont une centaine de femmes qui bénéficient de parcelles. En comptant trois enfants par femme, ce sont au moins 16.400 personnes qui tirent ainsi profit des activités potagères.

Ce qu’en dit un chef de village

Voici les propos d’un chef de village. Ils ont été recueillis lors d’une évaluation.

” Grâce aux périmètres, plus rien ne manque au village. Nous avons des oignons, tomates, choux, salades en quantité suffisante. La vente de ces produits nous a permis de bien manger, de changer notre alimentation, et de nous procurer des revenus. Nos enfants sont en bonne santé, nous les habillons facilement, nous payons les frais scolaires et les cotisations, nous pouvons acheter un peu de cahier et des bics. Nous pouvons payer les frais du dispensaire. Les enfants vont à l’école avec un peu d’argent pour pouvoir acheter des arachides, des galettes de mil avant midi.”

Le chef de village poursuit en disant : Grâce aux potagers, ” les femmes ne doivent pas voyager pour gagner de l’argent pendant la saison sèche. Auparavant, elles allaient faire des travaux de ménage à Kita ou à Bamako. Leurs sauces sont très bonnes et nous sommes tous en bonne santé.
Avant l’aménagement du périmètre, les populations vendaient les arachides au plus mauvais moment, c’est-à-dire que c’est au moment de la récolte que les prix sont au plus bas, vu que les agricultrices avaient besoin d’argent. (…)
Le périmètre amène également une cohésion sociale, vu qu’il faut s’entendre entre les différentes exploitantes du fait que l’on se voit tous les jours.
Lorsque la saison des pluies est mauvaise, la production aux champs en est affectée directement. Les périmètres permettent de combler en partie cette carence.”

 

 

One Response to Des potagers pour améliorer la vie quotidienne

  1. bonjour a tous…!
    je voulais partager une expérience de maraichage sur des périmètres ici au Niger et particulièrement avec la technique Goutte a Goutte. je ne sais si y a un moyen de poster les images de cette activité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>