Une idée : libérer du temps

Vivre dans un village en Afrique sahélienne est pénible pour beaucoup de ses habitants.
Tout manque : eau, soins, outillage, alimentation équilibrée, éducation…
La simple survie accapare l’énergie et le temps, surtout celui des femmes.
Comment progresser ? Comment passer de la survie à une vie digne et libre ?

Une idée simple : Il faut libérer du temps, du temps que les villageois consacreront à l’essor de leur communauté. Ce temps utile et social, on le libère en réduisant les corvées quotidiennes des femmes.

Le Fonds Ingrid Renard (FIR), une organisation privée belge, travaille, depuis près de vingt ans, à ce qu’une cinquantaine de villages du sud du Mali capitalisent du temps utile.

  • Un puits plus accessible et la corvée eau est raccourcie.
  • Un moulin, et les femmes ne consacrent plus 3 heures par jour au pilage du grain.
  • De l’outillage, des charrues et des bœufs. Et alors les travaux des champs ne mangent pas la journée.
  • Anes et attelages. Et  davantage de coton et d’arachides sont transportées en un trajet.

Tout ce temps libéré permet d’entreprendre de nouvelles activités. L’énergie épargnée peut être consacrée à de nouveaux projets.
Le jardin maraîcher est agrandi. De nouvelles techniques de culture sont mises en place. Un élevage de chèvres et de génisses est entrepris. Le repas familial est plus équilibré, le surplus est écoulé au marché.
Les femmes – organisées en associations – ont le temps de suivre des formations à la santé, à la diététique, à la gestion… En bonne santé, bien nourri, on travaille mieux, on imagine des activités générant des revenus. Formé, on gère les dépenses et recettes, on entretient le matériel. On s’organise aussi.
Ainsi, avec les revenus générés, les villageois mettent en place et gèrent des fonds de roulement. Pour réparer et renouveler les outillages donnés, pour acheter du petit bétail, investir, ….
La vie des enfants s’améliore. Ils vont à l’école. Les filles également, puisqu’elles doivent moins aider leurs parents.

Le FIR travaille avec méthode à cette idée de temps libéré afin que les villageois développent eux-mêmes leur communauté. Et cela depuis 1985, dans plus de 50 villages regroupant plus de 60 000 habitants.

 

Comments are closed.